Facile comme à l'état civil

  • Article  •
  • Épisode  •
  • Thematique  •
  • #Tags  •
Brève

Le top des villes qui ont fait un pas vers une gouvernance ouverte

Pionnière dans le monde, la ville de Porto Alegre au Brésil a été la première, dès 1989, à associer ses citoyens aux décisions budgétaires de la ville.

Depuis, le concept a fait des émules : en 2014, Paris a été la première ville en France à annoncer consacrer 5% de son budget (soit 486 millions d’euros, le plus gros budget participatif d’une ville) à des projets proposés et choisis par les Parisiens eux-mêmes, lors d’une grande consultation participative. Boston, Ghent ou Amsterdam ont mis en place des initiatives similaires qui font “remonter” les bonnes idées des citoyens. Sur le front des partages des données, c’est la ville de Seattle qui fait figure de pionnière aux États-Unis : elle a décidé de rendre toutes les données de la ville publiques sur son site internet, tout en respectant la vie privée de ses citoyens. Enfin, en France, la ville de Saillans est allée plus loin que ses homologues dans le monde en devenant la toute première municipalité participative : la gouvernance de la mairie se fait de manière collégiale avec les habitants. Et ça marche !

Brève

Discuter avec le mobilier urbain

En avril 2016, le groupe de créatifs Pan Studio a implanté son projet Hello Lamp Post, déjà testé à Austin (Texas) notamment, dans les rues de Bordeaux.

Le principe ? Permettre aux habitants de la ville de “discuter avec n’importe quel équipement, de la poubelle aux lampadaires en passant par les horodateurs”, explique un journaliste de Numerama qui l’a testé. Le résultat est amusant mais guère plus stimulant qu’une conversation avec Siri. Il a cependant pour mérite de mettre en lumière le potentiel du mobilier urbain connecté pour faciliter les interactions entre citoyens et services municipaux : “À l’heure des bots, on imagine facilement pouvoir demander à un arrêt de bus quand passe le prochain véhicule, ou encore à une poubelle de prévenir les équipes d’entretien qu’elle est pleine. Le procédé peut se transposer à l’infini : parler avec un bâtiment historique pour obtenir des informations touristiques, laisser un message à un inconnu rencontré dans un train grâce au numéro de la rame”, imagine Numerama. À Melbourne, un projet similaire qui avait attribué une adresse email aux 70 000 arbres référencés par la municipalité a certes permis aux habitants d’envoyer des messages poétiques aux arbres, mais aussi de signaler des problèmes comme la chute imminente d’une branche. Le mobilier urbain de demain sera donc très probablement doué de parole… et les plantes aussi.

à la une

“Smart city” : l’internet municipal doit-il être un droit garanti à tous les citoyens ?

Depuis 2016, l’ONU estime que l’accès à Internet est un droit fondamental, au même titre que d’autres droits humains. Aujourd’hui,...

Data

3/4

C'est le nombre de français ayant effectué une démarche administrative sur Internet en 2016.

Source : Opinion Way

Data

63%

C’est le nombre de français qui pensent que les tâches administratives prennent trop de temps.

Source : Opinion Way / La Poste

Point de vue

Nous cultivons le lien social local…

Les téléservices locaux sont une source de lien social

à la une

Les villes à la pointe du e-gouvernement

Territoires d’expérimentations, les villes sont devenues les avant-postes de nouveaux modes de relation entre citoyen et gouvernants : budget participatif, services...

et si demain ?

Et si demain toutes les démarches administratives étaient réalisées sur internet sans contact humain ?