• Article  •
  • Épisode  •
  • Thematique  •
  • #Tags  •

Association Le prix des libraires

La librairie est bien plus qu’un commerce. Ancrés dans les villes, nous, libraires, avons à cœur de partager et faire partager la lecture. Sans lecture, nous perdons notre capacité à prendre du recul sur le monde qui nous entoure, nous perdons notre imagination, nous nous renfermons sur nous-même. En somme, lire nous aide à vivre.
Les libraires sont des gens passionnés. Il n’existe pas un « profil-type » de libraire, peut-être est-ce la profession dans laquelle les caractères et même les savoir-faire sont les plus diversifiés. Et néanmoins, nous sommes unis : unis pour accueillir nos clients, les conseiller, les faire rêver, les faire s’évader de leur quotidien. À tel point que nous sommes souvent les confidents de nos clients, et que la plupart d’entre eux deviennent au fil du temps nos amis.
Le Prix des Libraires, auquel Up est associé, est bâti sur cette volonté de partage et sur cet engagement pour la lecture. Voici les cinq coups de cœur qui ont été retenus pour la deuxième sélection de ce prix, nous tenons à vous les faire partager.

« Trois jours chez ma tante », de Yves Ravey, ed. Minuit

Marcello Martini a quitté la France précipitamment il y a vingt ans, pour le Libéria. Depuis lors, sa richissime tante Vicky alimente son compte en banque, mais elle vient de décider, sans raison apparente, non seulement de cesser ses virements, mais aussi de le déshériter. Il rentre donc en France, délaissant ses activités louches du moment, pour replonger dans celles du passé qui, soudain, refont surface. 
Nous naviguons ici en eau trouble. L’atmosphère orageuse et poisseuse est alimentée par les non-dits et les silences qui laissent l’imagination du lecteur galoper.
Une intrigue parfaitement tenue, une écriture concise et précise permettent à Yves Ravey de nous offrir ici un roman à la virtuosité magistrale.

« Comment vivre en héros ? », de Fabrice Humbert, ed. Gallimard

Incroyable destin que celui de Tristan, et pourtant ô combien enraciné dans la réalité de la société française actuelle : l’opposition entre les centre-villes et leurs banlieues, la difficulté à échapper au déterminisme social et, plus individuellement, l’influence des décisions soudaines que l’on peut prendre ….. Cette décision notamment que va prendre Tristan en 38 secondes et qui va faire basculer sa vie. Rassurez-vous, tous les « héros » ont leurs faiblesses et pour Fabrice Humbert il ne s’agit pas d’écrire ici un roman sociologique mais le récit de vies riches, parfois chaotiques qui réservent bien des surprises !

« Bluff », de David Fauquemberg, ed. Stock

Le voyage d’un homme dans une Nouvelle Zélande traversée à pied pour un français en quête d’identité. Bluff, c’est un port de pêche quelque part au Sud de ce pays. Au Anchorage Café, cet homme fait la connaissance de Rango Walker, un pêcheur Maori, et de son second Tamotoa un Tahitien. À eux trois, ils vont faire équipe pour la pêche à la langouste, qui est une pêche particulièrement âpre. La mer devient leur territoire, le lieu de leurs aventures et des légendes qu’ils y courent. Ce roman d’aventures est surtout un hymne à la nature et une très belle histoire d’amitié.

« Un loup pour l’homme », de Brigitte Giraud, ed. Flammarion

Années soixante. À travers le regard de deux jeunes parents plongés malgré eux dans la guerre d'Algérie, Brigitte Giraud dresse le portrait d’une époque. En dehors de tout pathos, c'est surtout un roman à échelle humaine. Les petits détails, les gestes du quotidien, racontent avec plus d'intensité que des grands mots le bouleversement d'une génération, les questionnements de chacun devant un conflit dont la violence nous dépasse, la brutalité des événements mais aussi la beauté de certains moments. On entend les voix successives d’Antoine, qui ne voulait pas manipuler une arme et s’est retrouvé infirmier à l'hôpital militaire de Sidi-Bel-Abbès, de sa jeune épouse, enceinte, qui a décidé de le rejoindre là-bas, et d’Oscar, un des patients de l’hôpital, amputé d’une jambe et muré dans un silence obstiné qui intrigue les soignants.

« Légende d’un dormeur éveillé », de Gaëlle Nohant, ed. Héloïse d’Ormesson

Dans ce très beau roman, Gaëlle Nohant retrace de manière romancée mais tout à fait exacte la vie de Robert Desnos, que l’on connaît surtout comme poète, mais qui en réalité a eu mille vies. Né au début du siècle, il a été critique de cinéma, chroniqueur radio, avant de s’engager dans la résistance pendant la seconde guerre mondiale. Autour de lui, une galerie de personnages célèbres revit par la plume de Gaëlle Nohant : Aragon, Man Ray, Kiki de Montparnasse. Une mine de renseignements sur l’époque, un livre émouvant, un roman palpitant.

Cette sélection est très éclectique, ainsi que nous l’avons voulue, et reflète la diversité littéraire qui fait le bonheur de la lecture. 
prix-des-libraires.fr